Alexandre Gérard

Influence: Alexandre Gérard

Reportée!

Nous sommes navrés de vous annoncer que la conférence / performance d’Alexandre Gérard prévue jeudi 17 septembre à 19h sera reportée à une date ultérieure. Une nouvelle date que nous espérons proche sera décidée en fonction de l’évolution de la situation et des nouvelles directives sanitaires. Suivant la règle des 4m2 / personne nous ne sommes pas en mesure de recevoir plus de 12 personnes à la fois. Nous préferrons donc attendre et donner l’occasion à une plus large audience d’apprecier la finesse, l’humour et la dextérité du travail d’Alexandre Gerard.

Annonce dans les Pages Jaunes et sur le minitel professionnel (36 11), rubrique Animation artistique, 1996-1997
Emprise proposera des rendez-vous réguliers avec des artistes, tout au long de l’année. Nommées Influence, ces rencontres régulières seront l’occasion de réunir artistes et non artistes et d’ouvrir un espace d’échanges privilégiés autour de l’art. L’artiste parlera de sa pratique et de ses inspirations, du contexte théorique et historique de la création de ses oeuvres, son histoire personnelle, ses obsessions, etc., sous la forme qu’il ou elle aura choisi : conférence, performance, lecture…

Le 17 septembre 2020, Alexandre Gérard sera le prochain invité avec une proposition de conférence/performance imaginée à partir de son vécu d’enfance, revu et corrigé.

« Je suis né en 1975, à Marseille, où je vis et travaille. Lorsque j’étais enfant, j’allais souvent passer le week-end dans le Vaucluse, où je retrouvais des amis. Là-bas, il m’arrivait de jouer au football avec des copains de mon âge, à peu près tous meilleurs que moi, membres de clubs où ils allaient s’entraîner régulièrement, ce qui n’était pas mon cas. Un jour, à la suite d’un match, je me suis excusé de mes mauvaises performances auprès d’un joueur de mon équipe, qui m’a répondu : « Mais non, tu es un bon gêneur ! ». L’idée qu’une tare puisse trouver un essor positif, puisse ne pas être subie mais utilisée, me marqua. Cette prise de conscience, parmi d’autres, m’a amené, des années plus tard, à développer, en tant qu’artiste plasticien, un travail sur la honte, que je poursuis jusqu’à présent. » – AG